Inicio / Pueblo / Pitarque

Pitarque

Pitarque est situé au milieu de la vallée de la rivière Pitarque, à 998 mètres au-dessus du niveau de la mer. Le nom Pitarque est apparemment arabe, et peut dériver de « Abu-Tariq » ou « Tareq ». Sa traduction pourrait être « Père du canal d’irrigation » et, étant donné que le principal canal d’irrigation a été réalisé par les Arabes, il est probable qu’on lui ait donné ce nom en raison de son importance.

L’histoire de Pitarque

On sait que le premier établissement se trouvait dans la région appelée Pitarquejo et que les habitants étaient des Ibères. Plus tard, afin de se protéger, ils se sont rendus dans ce qui est aujourd’hui le village de Pitarque. C’était également une colonie maure, puisque l’église actuelle est située sur ce qui était autrefois le château maure.

L’existence de la localité est attestée depuis la date à laquelle le commandeur d’Amposta a cédé les terres de Pitarque au seigneur Palacini, en 1214. Pitarque a fait partie de la Sanjuanista Baylía e Aliaga jusqu’aux désaffectations du XIXe siècle.

En 1914, une filature située près de la rivière a été inondée par un glissement de terrain. Ses ruines sont aujourd’hui connues sous le nom d' »usines brisées » et montrent à quel point elles étaient importantes dans la région. En 1920, une centrale hydroélectrique a été construite sur le Pitarquejo. Celle-ci fournissait de l’énergie à l’usine textile d’Aliaga et à une usine de farine et de textile à Pitarque. Malheureusement, la centrale hydroélectrique a été incendiée par les maquisards en 1947, ce qui a entraîné la fin de 65 emplois dans les usines qu’elle alimentait. En 1947 également, la centrale électrique située à la source de la rivière Pitarque a été sabotée. Cette centrale est en activité depuis lors, fournissant l’éclairage public et privé à 43 municipalités. Enfin, en 1965, elle a été reprise par l’entreprise « Eléctricas Reunidas de Zaragoza ».

L’environnement naturel

L’attraction principale de la localité est connue comme la source de la rivière Pitarque, à 5 kilomètres en amont. La source est une grande remontée karstique, un point où les eaux souterraines émergent de l’énorme gisement naturel formé par le calcaire crétacé de La Lastra et de la Sierra de la Cañada. C’est l’une des principales attractions touristiques de la région, car il s’agit d’un monument naturel.

Entre la source et le village de Pitarque, la vallée est un endroit feuillu peuplé de végétation rocheuse au fond et d’une association unique de chênes, d’érables, de noisetiers, de buis, de guillomos et de rosiers sauvages sur ses pentes. Le tout présidé par le vol gyrovague des nombreuses colonies de vautours qui peuplent les murs du Nacimiento.

Deux tunnels creusés dans la roche au début du XXe siècle ont permis de franchir le goulet du fleuve. Ils ont également facilité l’accès routier à cette petite municipalité. L’espace ouvert et lumineux entre ces étroits est connu sous le nom de Pitarquejo, où l’on trouve également plusieurs voies d’escalade (lien).

Le peuple

Le centre ville occupe deux collines et la vallée entre les deux. Il est présidé par l’église de Santa María la Mayor, une œuvre néoclassique de 1818, « peut-être le dernier bâtiment construit sous l’influence économique des ordres militaires à Teruel » (Santiago Sebastián, 1972). Du reste de l’ensemble urbain, il faut souligner son architecture populaire, le four, le lavoir, la fontaine, une petite statue de pierre et le bâtiment du forgeron. Il y a aussi un manoir du XVIIIe siècle dans la Calle Baja, avec un blason peint, deux ermitages, celui de la Virgen de la Peña, sur le chemin de la maison natale, et celui de San Cristóbal.

TURISMO MAESTRAZGO logotipo

Comarca del Maestrazgo • C/ Las Tres Baylias • 44140 Cantavieja (Teruel)
téléphone : 964 185 242 turismo@comarcamaestrazgo.org