Inicio / Lugares con historia / La pierre sèche

La pierre sèche

L’architecture en pierre sèche est l’autre caractéristique permanente du paysage rural de ces hautes terres. Des kilomètres de murs de pierre sillonnent l’ensemble du Maestrazgo, la nature ayant été prodigue de cet élément constructif dont l’homme disposait comme matière première. Mais ce sont les cabanes en pierre sèche qui sont les plus uniques, notamment celles situées dans la zone de La Iglesuela del Cid, construites sans mortier et couvertes d’une voûte ou d’une fausse coupole. Ce sont des constructions simples, mais d’une grande fonctionnalité dans le passé, liées à un mode de vie basé sur l’agriculture et l’élevage.

Le paysage agricole du Maestrazgo doit être compris dans l’espace géographique méditerranéen. Outre des précipitations faibles et irrégulières et des températures extrêmes, les bancs de calcaire sont souvent le principal constituant géologique du terrain. Le résultat est un paysage pierreux et aride qui, à première vue, semble impossible à cultiver.

Pour cultiver ces terres, l’agriculteur doit parfois enlever les couches calcaires les plus superficielles du sol, enlever les pierres, les transporter et les stocker, construire des murs et apporter de la terre pour créer des terrasses, utiliser le surplus de pierre pour construire des berges, des abris, des réservoirs d’eau et l’ingéniosité infinie que cette architecture en pierre sèche permet et exige. L’agriculteur devient ainsi un véritable agriculteur-architecte. Et le résultat de son travail, au Maestrazgo, est un paysage humanisé et transformé, avec une immense densité de travail déposée en son sein.

La fonction fondamentale de la plupart des murs que nous voyons aujourd’hui sur les pentes de nos montagnes est d’empêcher la couche fertile du sol de glisser et de créer des bandes de terre arable en forme de terrasses. Bien qu’il ne soit pas difficile de trouver des marges plus anciennes dans le Maestrazgo, la plupart de celles qui existent aujourd’hui ont été construites au cours des XVIIIe et XIXe siècles, coïncidant avec une expansion démographique qui exigeait le labourage de nouvelles terres agricoles, même dans des endroits difficiles d’accès et de mauvaise qualité.

En outre, les murs, qui définissent le paysage bâti typique de la région du Maestrazgo, répondent à d’autres besoins : stocker la pierre provenant de la lapidation des champs (une activité traditionnellement réalisée le jeudi saint), séparer les propriétés ou empêcher le bétail de pénétrer dans les nouvelles zones cultivées.

Dans ce paysage de pierres sèches se détache la zone de La Iglesuela del Cid, dont la profusion, l’unicité et l’importance l’ont conduit à être déclarée Bien d’intérêt culturel le 22 janvier 2002 en tant que Site d’intérêt ethnographique.

Distribué dans toute la municipalité de La Iglesuela, il s’agit d’un ensemble de bâtiments liés au mode de vie traditionnel, à la culture et aux activités du peuple aragonais.

« Les caractéristiques marquantes de ce paysage sont, d’une part, un réseau inhabituel de murs en dalles de calcaire sec qui, avec des particularités constructives intéressantes, ont servi jusqu’à présent à éloigner le bétail des champs morcelés et à délimiter les fermes et les routes ; et, d’autre part, des centaines de cabanes arrondies, appelées « maisons ibériques », qui, faites du même matériau, servaient d’abri aux agriculteurs, de petites écuries, ainsi que de stockage pour le matériel agricole. De plus, l’existence de ces derniers se limite exclusivement à la région du Maestrazgo.« .

Pour découvrir ce patrimoine, vous pouvez suivre la route des pierres sèches.

TURISMO MAESTRAZGO logotipo

Comarca del Maestrazgo • C/ Las Tres Baylias • 44140 Cantavieja (Teruel)
téléphone : 964 185 242 turismo@comarcamaestrazgo.org