Bordon

Point d'appui

Point d'appui

Bordón était un bastion carliste à l’abri des principales enclaves fortifiées du territoire rebelle. Il a d’abord servi de point de concentration pour les ordres carlistes des conseils locaux de la région et un hôpital y a été installé pour soigner les blessés des troupes rebelles.
Dans sa circonscription municipale, un convoi libéral conduit par le marquis de Palacio entre Cantavieja et Calanda est assailli par Llagostera en février 1837.

© José Luis Cano

La grâce de Bordon

Colonnes et convois

Assaut sur la colonne libérale

Luco de Bordón

Au début du mois de mai 1836, Ramón Cabrera se trouvait à Bordón. Il avait l’intention de franchir une étape importante et de s’installer définitivement à Cantavieja.

La guerre a entraîné une activité frénétique au Maestrazgo. Les convois se déplacent constamment d’un endroit à l’autre, transportant des fournitures, du fourrage, du matériel militaire et toutes sortes d’autres nécessités de la guerre.

En février 1837, le leader carliste Llagostera, connu de ses ennemis sous le nom de « La Langosta » (la langouste) en raison de sa voracité à collecter de l’argent, apprend qu’une colonne libérale descend de Cantavieja à Alcañiz et décide de l’intercepter.

À l’automne 1839, le Maestrazgo commence à ressentir les effets de l’accord de Vergara et de la fin de la guerre carliste sur le front nord. Les troupes d’Espartero s’installent dans le Bas-Aragon et commencent à harceler le territoire de Cabrera.

Pour montrer qu’il contrôle la situation et le territoire, il offre le pardon à tous les soldats et employés élisabéthains qui se présentent et rendent leurs armes et leurs vêtements. Il donne aux officiers la possibilité de rejoindre l’armée carliste et promet aux officiers de cinquième année qu’ils seront déduits de la moitié du temps qu’il leur reste à servir en tant que conscrits.

Il était également parcouru par des groupes d’hommes armés. Au début, il s’agissait de petits groupes dirigés par un chef qui guidait les rebelles d’un village à l’autre. Plus tard, des unités un peu plus organisées de l’armée carliste. Cela n’empêche pas les colonnes libérales de se disputer le même terrain, allant parfois jusqu’au cœur du territoire rebelle, comme le général San Miguel à Cantavieja, ou le général Oráa à Fortanete.

Il l’a fait avec Bordón, comme l’indique le rapport, en profitant du « terrain accidenté où il marchait ». Se jetant sur l’ennemi, il réussit à le disperser jusqu’à ce que la bataille se recompose autour de la zone de Peñacortada. Selon les carlistes, l’ennemi a 11 morts et de nombreux blessés, il a perdu trois bagages avec les bagages des officiers et les effets de campagne, et seulement 5 blessés de leur côté.

À Bordón et Luco de Bordón, après une longue période de contrôle carliste, les premières troupes libérales se déplacent sur le territoire. Les carlistes les harcèlent autant qu’ils le peuvent pour montrer que dans leur armée « il n’y a pas de Marotos, d’Urbiztondos et de Cabañeros », c’est-à-dire de partisans de la paix. Attaqués dans les environs de Bordón, ils obligent les libéraux à se replier sur des positions plus sûres dans la plaine, comme Aguaviva.

La main-d'œuvre familiale a été réduite par le recrutement d'hommes pour la guerre.
La main-d'œuvre familiale a été réduite par le recrutement d'hommes pour la guerre.
Avec la guerre, il y a eu un va-et-vient continu de soldats et de marchandises sur les routes du Maestrazgo.
Avec la guerre, il y a eu un va-et-vient continu de soldats et de marchandises sur les routes du Maestrazgo.
Luis Llagostera avait combattu pendant le triennat libéral sous les ordres du baron d'Eroles.
Luis Llagostera avait combattu pendant le triennat libéral sous les ordres du baron d'Eroles.
La paix scellée au nord par l'Abrazo de Vergara en août 1839 amène toute l'armée libérale au Maestrazgo.
La paix scellée au nord par l'Abrazo de Vergara en août 1839 amène toute l'armée libérale au Maestrazgo.

La grâce de Bordon

Au début du mois de mai 1836, Ramón Cabrera se trouvait à Bordón. Il avait l’intention de franchir une étape importante et de s’installer définitivement à Cantavieja.

Pour montrer qu’il contrôle la situation et le territoire, il offre le pardon à tous les soldats et employés élisabéthains qui se présentent et rendent leurs armes et leurs vêtements. Il donne aux officiers la possibilité de rejoindre l’armée carliste et promet aux officiers de cinquième année qu’ils seront déduits de la moitié du temps qu’il leur reste à servir en tant que conscrits.

La main-d'œuvre familiale a été réduite par le recrutement d'hommes pour la guerre.
La main-d'œuvre familiale a été réduite par le recrutement d'hommes pour la guerre.

Colonnes et convois

La guerre a entraîné une activité frénétique au Maestrazgo. Les convois se déplacent constamment d’un endroit à l’autre, transportant des fournitures, du fourrage, du matériel militaire et toutes sortes d’autres nécessités de la guerre.

Il était également parcouru par des groupes d’hommes armés. Au début, il s’agissait de petits groupes dirigés par un chef qui guidait les rebelles d’un village à l’autre. Plus tard, des unités un peu plus organisées de l’armée carliste. Cela n’empêche pas les colonnes libérales de se disputer le même terrain, allant parfois jusqu’au cœur du territoire rebelle, comme le général San Miguel à Cantavieja, ou le général Oráa à Fortanete.

Avec la guerre, il y a eu un va-et-vient continu de soldats et de marchandises sur les routes du Maestrazgo.
Avec la guerre, il y a eu un va-et-vient continu de soldats et de marchandises sur les routes du Maestrazgo.

Assaut sur la colonne libérale

En février 1837, le leader carliste Llagostera, connu de ses ennemis sous le nom de « La Langosta » (la langouste) en raison de sa voracité à collecter de l’argent, apprend qu’une colonne libérale descend de Cantavieja à Alcañiz et décide de l’intercepter.

Il l’a fait avec Bordón, comme l’indique le rapport, en profitant du « terrain accidenté où il marchait ». Se jetant sur l’ennemi, il réussit à le disperser jusqu’à ce que la bataille se recompose autour de la zone de Peñacortada. Selon les carlistes, l’ennemi a 11 morts et de nombreux blessés, il a perdu trois bagages avec les bagages des officiers et les effets de campagne, et seulement 5 blessés de leur côté.

Luis Llagostera avait combattu pendant le triennat libéral sous les ordres du baron d'Eroles.
Luis Llagostera avait combattu pendant le triennat libéral sous les ordres du baron d'Eroles.

Luco de Bordón

À l’automne 1839, le Maestrazgo commence à ressentir les effets de l’accord de Vergara et de la fin de la guerre carliste sur le front nord. Les troupes d’Espartero s’installent dans le Bas-Aragon et commencent à harceler le territoire de Cabrera.

À Bordón et Luco de Bordón, après une longue période de contrôle carliste, les premières troupes libérales se déplacent sur le territoire. Les carlistes les harcèlent autant qu’ils le peuvent pour montrer que dans leur armée « il n’y a pas de Marotos, d’Urbiztondos et de Cabañeros », c’est-à-dire de partisans de la paix. Attaqués dans les environs de Bordón, ils obligent les libéraux à se replier sur des positions plus sûres dans la plaine, comme Aguaviva.

La paix scellée au nord par l'Abrazo de Vergara en août 1839 amène toute l'armée libérale au Maestrazgo.
La paix scellée au nord par l'Abrazo de Vergara en août 1839 amène toute l'armée libérale au Maestrazgo.